30/05/2016 Actualités

Rencontre avec Mamoudou Adama : de nouvelles voies pour soigner les enfants du Niger

Rencontre avec Mamoudou  Adama, responsable du service kinésithérapie de l’Hôpital National de Niamey, impliqué dans un projet innovant du partenariat de la Fondation Total avec l’Institut Pasteur.
Il nous parle de son engagement pour les enfants qu’il soigne au Niger et des apports de la formation en rééducation fonctionnelle  qu’il suit dans le cadre du projet de prise en charge des séquelles de la méningite au Niger pour le développement de son unité de Kinésithérapie à Niamey.

D’une  voix calme qui exprime la gravité,  il nous explique : les enfants en rééducation  à l’hôpital, les déplacements difficiles pour les parents qui habitent loin, le temps qui s’écoule, un temps important, trop important entre deux soins,  préjudiciable à l’efficacité de la kinésithérapie pour ces enfants parfois en rééducation à vie.

Les réponses à ces besoins nécessitent l’écoute de toutes les  nouvelles approches en matière de rééducation neuro-motrice. Il faut être imaginatif et adopter des méthodes appropriées, celles que Mamoudou Adama est venu chercher à travers les stages dans des institutions Françaises  loin de chez lui et des siens, mordu par le froid de l’hiver en France.
Pour découvrir, apprendre et transmettre à ses équipes les techniques douces qui mobilisent  les articulations, praticables entre deux séances. 

Très convaincu, Mamoudou Adama nous  décrit les techniques le plus facilement transposables, comme des atèles en plâtre peu coûteuses pour maintenir les membres dans des postures  qui favorisent les progrès vers une mobilité plus… normale.  Entre deux séances les progrès sont meilleurs grâce à renforcement dans la continuité.
Mamoudou Adama nous parle aussi des approches ludo-ré-éducatives qu’il a découvertes avec enthousisame : on peut tant faire avec un ballon, un tobogan ! Les enfants se lancent des défis qui les stimulent , se dépassent ensemble.  Les progrès se font ainsi dans l’effet d’entrainement du groupe.

Associer davantage les parents pour maintenir la rééducation sur la durée est aussi un de ses objectifs. Sur le plan ORL en particulier il a beaucoup appris avec les ergothérapeutes  et souhaite transmettre les méthodes qui favorisent une meilleure alimentation des enfants : montrer  aux parents les gestes quotidiens  qui facilitent l’ingestion d’aliments préparés pour faciliter leur absorption très gênée par le handicap.
Ces paroles nous touchent. On a tant à transmettre dans l’échange, tant à apprendre mutuellement pour le bénéfice des malades. Le soutien à ce projet est très motivant pour les équipes de L’institut Pasteur ainsi que pour celles de la Fondation Total.
Grâce à cette démarche Mamoudou  Adama pourra transmettre  des pratiques nouvelles à ses équipes de soignants et rendre les patients plus autonomes ainsi que faciliter leur accompagnement par leurs parents tout au long de la vie. 


 

Dans le cadre du projet de prise en charge des séquelles de la méningite au Niger de l’Institut Pasteur soutenu par la Fondation Total...

Adama, Responsable du service de kinésithérapie de l’HNN  a suivi une formation  lui permettant d’améliorer la prise en charge en rééducation fonctionnelle  des enfants dans son service. Ce programme de formation a été coordonné par le Dr Jeanne-Charlotte Carlier de la Fondation Ellen Poidatz à Saint Fargeau.

Un premier stage de 6 semaines au centre de rééducation fonctionnel  dans le centre de Saint Fargeau, au  printemps  2015  a permis à Adama d’établir un bilan.
Un second stage d’une période de 12 semaines a été organisé au troisième trimestre 2015 :

  • 6 semaines au centre de Saint-Fargeau sur la réalisation de bilans et de projets individuels des jeunes  enfants/adolescents ;
  • 6 semaines au Centre de Rééducation Motrice pour Tout Petits d’Antony. Dans cette seconde structure, il a pu suivre des enfants atteints d’infirmités motrices cérébrales dans leur projet de rééducation fonctionnelle ;

Ces deux périodes de stage ont permis à ce responsable de l’unité de Kinésithérapie de l’Hôpital de Niamey de prendre conscience de la nécessité d’une prise en charge multidisciplinaire des enfants souffrant d’ICM ce qui n’est pas le cas au Niger.

En savoir plus sur nos programmes santé

Il a également appris des techniques d’immobilisation à l’aide de plâtre qui permettent de détendre les articulations et corriger les positions chez les tout-petits. Cette technique peu onéreuse pourrait facilement être mise en œuvre au Niger actuellement.
Au cours de cette période il a également bénéficié de formation sur :

  • Les niveaux d’évolution motrice, c’est à dire les enchaînements moteurs que suivent l’enfant dans son évolution motrice (redressement, maintiens, enchainement, déplacement…) à Tours et à Rouen qui ont permis d’acquérir des techniques de rééducations ne nécessitant que peu de matériel ;
  • La prise en charge des dysphagies, c’est à dire les problèmes de déglutition, dont de nombreux enfants souffrent au Niger et qui peut dans beaucoup de cas être pris en charge simplement par une meilleure information des parents.

 

  • Mamoudou Adama

  • Mamoudou Adama

  • Mamoudou Adama

  • Mamoudou Adama

Suivant Previous