25/11/2015 Actualités

La Fondation soutient Lengguru 2014

La plus importante expédition scientifique jamais menée en Indonésie

Examen et le prélèvement d’acariens sur les plumes d’un oiseau en bordure du lac Sewiki. Cet ornithologue étudie le rôle des parasites des populations d’oiseaux endémiques.

Du 17 octobre au 20 novembre 2014, une exploration de la biodiversité des karsts de Papouasie occidentale a été menée afin d’établir un inventaire de la biodiversité et mieux comprendre les processus responsables de la mise en place du maintien de la diversité biologique dans ces écosystèmes extrêmes. Une exploration soutenue par la  Fondation Total et qui améliorera la connaissance sur la biodiversité de ce site.

Cette aventure scientifique et humaine a rassemblé plus de 70 chercheurs européens et indonésiens. Organisée en 8 équipes de recherche, cette exploration a été conduite par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et deux institutions indonésiennes : l’Institut indonésien des Sciences (LIPI) et l’Académie des pêches de Sorong (APSOR).

Pourquoi explorer Lengguru ? 

Lengguru possède une topographie originale qui fait sa richesse. Elle est surtout composée de formations calcaires qui résultent des écoulements souterrains appelées « karsts » qui offrent une multitude de labyrinthes naturels à la fois sous terre et dans sa partie marine. Lengguru abrite encore une portion significative des dernières forêts primaires de la planète et des récifs coralliens parmi les plus riches au monde.

Les découvertes d’un réservoir de biodiversité : 

Les scientifiques ont exploré des milieux très différents dans 3 types d’environnement. 

L’environnement terrestre où a été effectué des échantillonnages dans plusieurs types de forêts. L’environnement souterrain à travers des explorations et cartographies de diverses grottes, dolines et rivières souterraines. Les scientifiques ont pu collecter des centaines d’espèces parmi lesquelles de nombreux oiseaux (plus de 50 espèces), insectes (dont 100 à 150 espèces de grillons), reptiles (47), amphibiens (35), chauves-souris (20), rongeurs, mais aussi près de 300 palmiers et orchidées. L’environnement marin quant à lui a permis de collecter des coraux durs, gorgones, échinodermes (concombres de mer, oursins, étoiles de mer…), mollusques, phanérogames (plantes à fleurs), nudibranches, poissons (hippocampes, syngnathes…), sélaciens (requins…) et cétacés (dauphins …).

Toutes ces observations préliminaires confirment que le massif karstique de Lengguru est un point chaud de biodiversité mondiale, formé d’écosystèmes uniques. Les analyses génétiques (barcode moléculaire) et de taxonomie traditionnelle, effectuées à partir de janvier 2015 en Indonésie, permettront de confirmer la découverte d’au moins 50 nouvelles espèces animales et végétales. Afin de mieux comprendre leurs processus d’évolution et d’adaptation à leurs milieux, les biologistes compareront par ailleurs les espèces de Lengguru à celles identifiées dans les régions périphériques (île de Nouvelle-Guinée).

Cette aventure est aussi l’occasion de sensibiliser les jeunes sur le rôle de la recherche pour la connaissance et la préservation de la biodiversité. Des actions pédagogiques sont organisées en France, en Indonésie et en Papouasie dans certains établissements scolaires (réalisation d’un carnet de voyage, sorties scolaires, suivi et restitution de l’expédition, rencontres, conférences et débat avec les chercheurs). 

(Source : IRD)

Pour en savoir plus sur l’expédition : www.lengguru.org

  • Examen et le prélèvement d’acariens sur les plumes d’un oiseau en bordure du lac Sewiki. Cet ornithologue étudie le rôle des parasites des populations d’oiseaux endémiques.

    Lengguru 2014

  • Plongeur en recycleur circuit fermé, effectuant des photographies complémentaires aux prélèvements et observations.

    Lengguru 2014

  • Deux équipes de plongeurs et de spéléologues se retrouvent au retour de leurs missions sur le lac Sewiki.

    Lengguru 2014

  • Les insectes comptent parmi les témoins de la richesse de la biodiversité papoue. Ici, un entomologiste fait le bilan des spécimens récoltés en une matinée.

    Lengguru 2014

  • Lengguru 2014

    Lengguru 2014

Suivant Previous
  • Examen et le prélèvement d’acariens sur les plumes d’un oiseau en bordure du lac Sewiki. Cet ornithologue étudie le rôle des parasites des populations d’oiseaux endémiques.
  • Plongeur en recycleur circuit fermé, effectuant des photographies complémentaires aux prélèvements et observations.
  • Deux équipes de plongeurs et de spéléologues se retrouvent au retour de leurs missions sur le lac Sewiki.
  • Les insectes comptent parmi les témoins de la richesse de la biodiversité papoue. Ici, un entomologiste fait le bilan des spécimens récoltés en une matinée.
  • Lengguru 2014